Historique

Un peu d’histoire …

Notre aérodrome, notre aéro-club que nous apprécions tant, n’oublions pas que nous les devons à l’origine à l’action d’un Saint-Juniaud passionné (entre autres) d’aviation, Pol DESSELAS, fils d’un industriel local, qui a su s’entourer de dirigeants municipaux et les convaincre à une époque où, on peut le penser, la ville de Saint-Junien avait d’autres priorités que l’aménagement d’un aérodrome aussi proche de celui de Limoges-Feytiat.
La bienveillance de la municipalité à l’égard de notre association ne s’est jamais démentie depuis. Voici quelques dates recueillies dans un texte que m’a prêté notre doyen, Jacques Cheymol, président pendant 15 ans, ce qui est, jusqu’à nouvel ordre, le record absolu de durée à ce poste.

Aerodrome Maryse Bastié (LFBJ) à Saint Junien


Maryse Bastié (1898 – 1952) Etablit de nombreux records dont : Le Bourget – Lurino (Union Soviétique) en 30h30 de vol – Dakar (Sénégal) – Natal (Brésil) en 12h05 de vol au-dessus de l’Atlantique

1928 : première reconnaissance aérienne par Pol Desselas et Adrienne Bolland à bord d’un « Caudron G3 ».
1944 : étude d’un projet de piste sur les lieux par les troupes américaines.
1955 : parution au Journal Officiel du dépôt des statuts de « l’aéro-club de Saint-Junien et sa région ».
1961 : ouverture d’une piste de 600m par arrêté préfectoral.
1967 : ouverture de la piste à la Circulation aérienne publique.
1976 : grandiose manifestation avec le festival AI R ET ESPACE et le rassemblement du RSA : 296 avions ensemble sur le terrain !!!!! Record difficile à battre de nos jours avec l’évolution de la réglementation.
1984 : la nouvelle piste en dur est enfin ouverte, qui évitera les interruptions hivernales d’activité.
2004 : Philippe Cantournet, pilote d’Air France, et Patrick Dzugan organisent la venue sur notre aérodrome d’une bande d’aviateurs possesseurs de belles machines anciennes. C’est, avant la lettre, la naissance de la manifestation annuelle « Légend’air » qui connaît depuis le succès que l’on sait et qui confirme, une fois de plus, l’intérêt populaire que suscitent les évolutions de machines volantes.


Plus de dix présidents se sont succédé à la tête du club :

Félix Morel, près de dix ans de présidence.
Jacky Barateau, mécanicien au dévouement inlassable puis président qui a mené à terme – souvent participé à leur édification de ses propres mains – différentes réalisations comme l’actuel club-house ainsi que le troisième hangar. Il fallait l’entendre déclarer : « Moi, j’aime mon club ! » et accompagner son discours de l’action.
C’est à René Brouazin que l’on doit l’évolution vers l’ULM, sous l’influence initiale de Michel Vignaud, alors qu’il était lui-même possesseur de sa propre machine et avec l’appui également désintéressé du propriétaire d’un magnifique « Tétras ».
Alain Collignon, c’est de lui qu’il s’agit, est le dernier en date et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a su recréer, au cours des quatre dernières années, une atmosphère particulièrement accueillante avec résultats concrets à l’appui.
A Patrick de Rousiers est confié l’avenir…

L’un de nous et non le moindre, Alain Fradet, vient de disparaître alors qu’en compagnie de Jacques Cheymol, il avait commencé à rédiger une « Histoire de l’aéro-club de Saint-Junien » laquelle, hélas, ne verra probablement pas le jour. Le condensé ci-dessus est un raccourci bien mièvre de tout ce qu’il y avait à raconter…

Alain Fradet (1951 – 2018) fut Président du conservatoire aéronautique du Limousin, cheville ouvrière de Légend’Air et Peintre de l’Air depuis 2008.