Notre Eurostar SLX découvre les Alpes…

Après un copieux petit déjeuner dans la région de Saint Junien, le pilote de notre Eurostar et sa passagère (Patrick et Bénédicte) ont eu la joie de passer entre le Puy de Sancy et le Plomb du Cantal (encore enneigés) puis d’enchainer avec le survol du Puy en Vellay et sa splendide statue de Notre Dame de France située en haut du Rocher Corneille, avant de monter progressivement au FL95, dominant ainsi quelques nuages et profitant surtout d’un air calme et d’un “mini jet” qui permettait d’augmenter sensiblement la “vitesse sol”. 

Ce fut ensuite un peu de turbulences mais pas de Mistral dans la vallée du Rhône (heureusement) puis les montagnes avec à gauche le massif des Alpes dominé au loin par le très majestueux Mont Blanc. Au loin à droite, le Mont Ventoux, symbole de la Provence, se détachait sur un ciel bleu azur. 

 
Patrick et Bénédicte s’enfoncent alors au-dessus de la vallée de la Drôme et admirent au nord les Hauts Plateaux du Vercors puis le Pic de Bure et ses 8890 ft (2709 m) avant de plonger entre les montagnes d’Aujour et de Saint Genis en direction du point d’entrée “Sierra” de l’aérodrome de Gap Tallard. Au détour d’un rocher, le terrain apparait plus bas et encaissé, on comprend vite pourquoi la piste 20 a un seuil décalé de plus de 200 mètres !
Deux heures vingt après avoir “levé les roues” les voici à LFNA, haut lieu de l’aéronautique vélivole et du vol en montagne.
 
 
Le trajet retour débuta au FL 105 (3200m) avec Marseille Info annonçant un planeur à 9h, même niveau et route parallèle. Et bien non, le contrôleur n’avait pas bu de pastis (évidemment) et c’est bien avec un planeur que furent réalisées les premières minutes du trajet retour, le tout à plus de 3000 mètres d’altitude et au-dessus des nuages !

La suite fut plus mouvementée pour des raisons météorologiques. Il fallut jouer à “saute-mouton” avec les nuages qui avaient une fâcheuse tendance à être de plus en plus nombreux et de plus en plus hauts, certains bourgeonnants. Au fur et à mesure du trajet il fallut descendre, quitter la région des niveaux de vol pour passer au QNH transmis par le SIV de Clermont, pour enfin stabiliser vers 1500 ft sol. Au final, la visibilité en basse altitude se dégradant avec l’arrivée d’un front au sud-ouest, la décision fut prise de se dérouter sur le terrain de Guéret Saint-Laurent. Là, les membres du club vélivole ont rapidement mis à l’abri l’Eurostar, le protégeant ainsi de la pluie puis de la grêle. Merci à eux pour leur très grande gentillesse et leur réactivité.

A la première éclaircie l’on procéda au ravitaillement en carburant et avec le soutien du service de contrôle de l’aérodrome de Limoges Bellegarde, Patrick et Bénédicte purent réaliser dans de bonnes conditions de sécurité, les derniers kilomètres vers le “nid douillet” de l’Eurostar.

Pour résumer : 500 NM de pur bonheur dans un cadre confortable et efficace, celui de notre Eurostar SLX dont le petit nom est “F-JHFY” et sur lequel de nombreux pilotes sont en cours de transformation dont une jeune fille de 16 ans. 
Avis aux amateurs … 🙂