Montpellier-Méditerranée et le musée Fabre

Les musées “de province”, comme nous le savons tous, sont pour la plupart nés d’une initiative post révolutionnaire : après les nombreuses expropriations et nationalisations il s’agissait d’envoyer aux ploucs des œuvres d’art que ne conserverait pas le Louvre. Mais tel n’est pas vraiment le cas du musée Fabre de Montpellier que nous nous proposons d’aller visiter ce 17 septembre 2004 . En effet, c’est en 1824 que le baron François-Xavier Fabre fait don de ses collections à la ville de Montpellier.
Et elles valent le voyage ses collections ! Je pilote pour la circonstance
le superbe DR400 F-GMKO récemment acheté à Avignon par le président de
l’époque, Jacky Barateau. Aussi beau que Delta Echo, muni comme ce dernier d’un réservoir supplémentaire, il dispose aussi d’un GPS intégré dans le tableau de bord. Pas encore cartographique, il est vrai mais bien efficace tout de même.

Arrivés sur la côte et sous le contrôle de Montpellier-Méditerranée nous commencerons par aller survoler et photographier la pittoresque cité d’Aigues-mortes puis le littoral en apercevant au passage l’aérodrome de Montpellier-Candillargues près duquel se trouve la ville de Mauguio où le président Jacky Barateau acquit jadis sa formation de mécanicien agréé. Enfin la Grande Motte, après quoi, sur notre droite, très accueillantes,  les deux pistes de Montpellier-Méditerranée avec une somptueuse finale au dessus de la mer. Le contrôleur nous donnera la 306 droite alors qu’au décollage pour le retour, nous devrons nous contenter de la gauche, plus modeste, réservée aux VFR. Pas d’attente fastidieuse à l’avitaillement car, pour la première fois, nous sommes munis d’une carte “Total” ! Quel progrès, car l’attente de l’avitaillement est souvent fastidieuse pour un misérable VFR sur un aérodrome de cette importance. Moins important que Roissy, certes,  mais tout de même un peu plus mouvementé que Bellegarde.

Comme on peut le voir sur la photo de l’aqueduc, Montpellier est une ville très méditerranéenne ce qui serait confirmé si j’avais pensé à photographier notre sympathique chauffeur de taxi. 

Et alors, ton musée Fabre me direz-vous ? Eh bien,  voici : le musée Fabre est fermé pour cause de restauration ce qui prouve, je le reconnais, que ma navigation était préparée de façon superficielle.
Heureusement,  ce n’est que partie remise : nous reviendrons à Montpellier
en mai 2010 avec Michel et Maryse Thomas après la réouverture . Somptueux sur toute la ligne ! En plus, nous étions munis cette fois du tout nouveau GPS cartographique prêté par Michel Boulanger qui nous avait prescrit le survol de La Couvertoirade , mini cité de Carcassonne. Nous la raterons cependant au vol retour, sans doute à cause de l’extrême précision du pilotage de Michel qui, grâce à cette merveille, a dû nous mener pile
verticale sans que nous puissions la déceler auparavant. 

Photos:
Le château d’eau et la statue de Louis XIV au centre de la promenade du Peyrou
L’aqueduc Saint-Clément – Aigues mortes
La Méditerranée et au loin, à droite, l’aéroport que nous atteindrons après avoir passé devant la Grande Motte.
Deux touristes européennes sur l’esplanade de l’Europe

 

© Jean-Louis Maisonnet

 


Partagez et suivez-nous sur les réseaux sociaux :